« Le ciel est un dé à coudre. »

Paul Éluard

C'est le ciel du poète qui nous fait rêver, mais celui-ci semble réservé aux couturiers chevronnés : avis aux amateurs de haute couture et de mode !

Vous avez le désir de suivre un cursus spécialement dédié à la couture pour apprendre à coudre ou bien pour transformer votre hobby en gagne-pain ou en activité maîtrisée à la perfection ?

Il faudra donc trouver une école de couture digne de ce nom pour s'inscrire et se perfectionner. En la matière, le choix est relativement large et dépendra en grande partie du lieu de votre habitat, de votre âge, de vos objectifs et de vos possibilités (aussi bien financières et physiques qu'en termes de temps).

Voyons donc les différentes perspectives qui s'offrent à l'apprenti couturier en quête de connaissances à assimiler et à faire reconnaître…

Pourquoi choisir une formation en couture ?

Certains couturiers sont autodidactes et d’autres suivent des cours de couture depuis des années. Mais quand il est questions de se professionnaliser, il est parfois plus rassurant de passer par des formations professionnalisantes et des diplômes.

Pour quelle raison suivre une formation en couture ?
Pourquoi suivre une formation professionnelle de couture ?

Suivre une formation n’est pas que bénéfique pour pouvoir présenter un diplôme à un futur recruteur. Les formations sont construites de sorte à préparer les élèves à la vie professionnelle dans sa globalité. Que cela soit dans le côté administratif comme le côté théorique et pratique.

Les formations sont l’occasion de découvrir des techniques que vous ne connaissiez pas et de profiter des conseils et corrections des professeurs qui sont là pour vous aider à progresser.

Suivre une formation professionnelle est aussi idéale pour prendre confiance en soi et avoir une attitude de couturier professionnel.

Mais pourquoi choisir une formation plus qu’une autre ?

Beaucoup de couturiers rêvent d’intégrer les meilleures écoles de couture de France. Pourtant, sont-elles toutes adaptées aux couturiers ?

Bien sûr votre choix se fera en fonction de votre lieu géographique et de votre niveau. Mais il est aussi important de réfléchir à quelles sont vos ambitions ? Il peut être inutile de suivre cinq année d’études en couture pour lancer votre marque de vêtements. Des cours de marketing et de lancement d’entreprise pourraient aussi vous être utile. Apprendre à diversifier son parcours en fonction de ses ambitions est donc tout aussi essentiel que d’apprendre à coudre.

Un BEP sur mesure ?

En parallèle du niveau collège, il existe un BEP « métiers de la mode et des industries connexes ». Ne soyez pas perdu par ce sigle à trois lettres : il signifie tout simplement « brevet d'études professionnelles ».

C'est l'antichambre rêvée d'un CAP ou d'un bac pro dans le même domaine, la pratique étant à la clef de la réussite.

Plusieurs options sont disponibles : couture flou (l'idéal si vous voulez faire, plus tard, de la haute couture), mode et chapellerie, fourrure, maroquinerie, prêt-à-porter, tailleur homme ou dame, vêtement de peau, sellerie générale, ou encore entretien des articles textiles.

Le CAP de couture

Cela n'aura échappé à personne : en France, il n'existe pas de licence ou de maîtrise mention « couture » à l'Université. C'est le lot de toutes les disciplines manuelles et dites « non intellectuelles ».

Dès lors, quand on songe à coudre, la qualification officielle qui nous vient tout de suite à l'esprit est le plus souvent le CAP – ou « certificat d'aptitude professionnelle ».

Comme son nom l'indique, il s'agit d'un sésame servant de passage entre le monde éducatif et l'univers professionnel, attestant de ce que l'impétrant a acquis les savoirs fondamentaux permettant d'exercer la – difficile – profession de couturier.

En réalité, le nom exact de cette formation porte la désignation des « métiers de la mode » ou « vêtement flou ».

Son ancienne dénomination était « CAP couture flou ».

Pour s'y inscrire, il faut disposer d'un niveau BEPC.

La plupart des temps, les détenteurs d'un autre CAP, d'un BEP, d'un BEPA ou de l'examen spécial d'accès aux études universitaires sont dispensés des épreuves dites « des domaines généraux ».

Le stylisme de mode du styliste de mode consister à afaire après une école des arts du croquis ou dessin de mode au sein d'un bureau de style ou d'une école de design pour faire office de créatrice de mode free-lance.
Design produit et maison de couture | Un beau prototype pour se spécialiser dans les arts décoratifs ou travailler dans la mode… | source : upload.wikimedia.org

Les épreuves du CAP sont gérées par le ministère de l'Éducation nationale, un peu comme on passerait le bac : de là, il existe une multitude d'écoles pour les préparer efficacement.

Il faut normalement compter deux années pour cette formation, un redoublement étant tout à fait possible en cas d'échec.

Ce cursus est distribué entre deux grands pôles : les matières générales (français, histoire, géographie, instruction civique, mathématiques, physique, chimie) et les disciplines professionnalisantes, dont les principales sont l'initiation aux travaux de couture, les exercices de piquage, l'histoire de la mode et du costume, les arts plastiques, l'organisation de son travail de couture, le dessin (général et technique), les solutions technologiques, les choix textiles, les techniques d'assemblage, la coupe, le moulage, le matériel de couture et les associations de couleurs.

Il existe des filières de ce type dans toutes les grandes agglomérations de l'Hexagone, mais aussi à distance, comme avec ÉduCatel qui propose en outre un « stage pratique de préparation aux épreuves du CAP métiers de la mode » dont près de 90% des participants sont reçus chaque année.

Il faut compter 1 350 heures d'étude et 135 devoirs à rendre sur 12 à 24 mois selon l'intensité que vous pouvez mettre dans le suivi des cours.

Sa rivale l'École Universelle vend elle aussi ses supports de cours pour préparer les examens.

Des « mentions complémentaires » peuvent venir compléter cette filière, telle la MC « essayage-retouche-vente » proposée dans 7 établissements de la région parisienne.

Le bac pro métiers de la mode

Jadis, le baccalauréat ne concernait que les registres hautement intellectuels, entre maths, lettres et économie. Aujourd'hui, le « bac pro » se démocratise et rentre dans les mœurs.

Anglicisation oblige, vous rencontrerez parfois la dénomination « bachelor », mais souvent avec un côté plus théorique.

Celui qui nous intéresse porte l'intitulé « bac pro métiers de la mode-vêtement ».

La formation équivaut à la durée d'un lycée professionnel, soit trois années, dont 22 semaines en entreprise.

C'est un diplôme d'État reconnu dans toute l'UE, voire au-delà selon les accords binationaux passés par le gouvernement français. Il se prépare dans plus de 150 établissements, entre CFA (centres de formation d'apprentis), établissements régionaux d'enseignement adapté et lycées professionnels.

Les régions les plus représentées sont l'Île-de-France (21 établissements concernés), Rhône-Alpes (18), Nord-Pas-de-Calais (11), Pays-de-la-Loire (idem), PACA (9) et Midi-Pyrénées (8). Les principaux DOM et TOM sont également bien lotis (Martinique, Réunion, Guadeloupe, Nouvelle-Calédonie et Polynésie française).

C'est la voie royale pour quiconque souhaiterait devenir modéliste, modiste, prototypiste en matériaux souples, tailleur ou couturier.

Il existe aussi un bac pro « vêtement sur mesure option couture flou » pour devenir spécialement couturière et tailleuse. Le CFA de la Couture (privé, portant également le nom d'« École de la chambre syndicale de la couture parisienne »), dans le 2e arrondissement à Paris, en est le seul établissement dépositaire, avec la possibilité d'une formation en alternance.

Cette dernière institution est sans conteste, sur l'ensemble du territoire français, la reine de l'apprentissage de la couture de mode, et ce quelles que soient ses filières.

Les diplômes couture de niveau III

Dans la nomenclature française, les diplômes de niveau III sont assimilables aux BTS, aux DUT, aux BM et aux DU.

Par exemple, il existe une certification « couturier-styliste-modéliste », pouvant être obtenue en formation initiale aussi bien qu'en VAE ou qu'en contrat de professionnalisation.

À l'instar des écoles de commerce, des boîtes privées (assez onéreuses, mais dotant leurs étudiants d'un bon carnet d'adresses) spécialisées dans l'enseignement du design ont été créées, dont MJM Graphic Design, fondée en 1979 et présente à Paris, Bordeaux, Lille, Nantes, Rennes et Strasbourg – rien que ça !

E-learning, enseignement à distance, stage en entreprise freelance et contrats en alternance se conjuguent dans tous les métiers pour produire de jeunes créateurs adeptes du dessin technique et destinés à entrer dans l'histoire de l'art ou à compter parmi nos formateurs de coupe couture sans le bas au sein de nombreuses écoles ou du Collège de Paris.
Croquis de mode | Le défilé de mode et le soin de l'image de marque, ce ne doit pas être que le jour de son mariage ! | source : stocksnap.io

Avec une alternance (formule la plus économique) ou un séjour à l'étranger possible, il s'agit de s'aguerrir en trois ans à la profession de styliste-modéliste.

L'École de la couture parisienne a de son côté créé un « cycle de perfectionnement stylisme et modélisme » au sein de son volet « enseignement supérieur ». Des formations avec contrats de professionnalisation, enfin, s'y apparentent aux BTS et sont réservées aux détenteurs d'un bac pro.

Des stages pour s'initier aux travaux d'aiguilles

En dehors des sessions diplômantes reconnues par l'État, une multitude de structures proposent des stages – souvent pendant des vacances ou sous forme de cours du soir – d'initiation ou de perfectionnement.

Les animateurs d'un stage de ce genre peuvent consacrer toute leur carrière à ce style d'enseignement, mais la plupart du temps ils sont aussi professeurs de filières conventionnelles.

C'est par exemple le cas du Pôle Couture, une instance privée de Strasbourg enregistrée auprès de la préfecture de la région Alsace, à la base un véritable atelier de couture, qui propose régulièrement des stages au cours de l'année.

Il n'y a jamais plus d'une dizaine de personnes, pour des séances de 3h chacune. Toutes les sessions sont axées sur un thème particulier, comme « couture pour débutant », « couture sur cuir », « apprendre à coudre à la machine », « faire une retouche », « modélisme » ou encore « tracer un patron ».

Les horizons des couturiers sont volontiers élargis grâce à l'intervention de professionnels de la broderie, du crochet de Lunéville ou de la peinture à l'aiguille (si, si !).

L'École de la chambre syndicale de la couture parisienne dispense quant à elle des « cours d'été » (payants : dans les 1590€ pour 60h de cours) de modélisme ou de stylisme, avec différents niveaux.

Un cursus professionnalisant sans diplôme ?

À prendre avec des pincettes, il y a des formations accélérées de professionnalisation, jusque par correspondance.

ÉduCatel propose ainsi aux passionnés de suivre une filière de 10 mois (42 devoirs à effectuer pour un volume horaire estimé à 420h de cours) dans le but de s'installer à son compte. Le principal concurrent de l'enseigne est sans doute le CNFDI (Centre national privé de formation à distance).

La communication visuelle en cours de stylisme est une formation pour notre école de merchandising et de design d'espace le summum d'une école de stylisme aspirant au rang d'école nationale supérieure de corseterie et de culture mode.
Formation styliste | Comment devenir, après un BTS, costumier ou chef de produit au coup de crayon assuré ? D'anciens élèves vous le diront : une reconversion à un métier artistique avec des cours de couture suffira ! | source : visualhunt.com

Mais le plus difficile sera de démarcher et de trouver des clients, puis d'entretenir la clientèle que l'on aura laborieusement réunie.

Pour cela, il semble préférable de faire précéder tout enseignement de ce genre d'un autre diplôme, avec une pratique régulière de la couture chez un tailleur.

Même chose avec Fushyya Couture en Savoie (Seynod), mais en cours présentiels et non pas des cours de couture en ligne, carplus propices aux apprentissages de type artisanal. Sans oublier, à Lyon, la capitale des Gaules, Au fil des sommets (atelier + boutique dans la même rue) prodiguant des cours de couture pour tous les niveaux dans le 5e arrondissement.

La formation continue

Par définition, la formation continue s'adresse aux salariés des entreprises du secteur de la mode qui souhaiteraient perfectionner leurs connaissances.

Les éléments de base purement techniques et manuels sont généralement laissés de côté pour mettre en avant des notions annexes à la couture, comme la qualité, l'industrie du luxe ou le bien-aller.

À Paris, il existe une adresse incontournable en la matière : le CFA syndical local.

Mais aussi possibilité de suivre des cours à domicile près de chez vous :

  • cours de couture paris
  • cours de couture brest
  • cours de couture toulouse

Dans tous les cas, le salarié en formation continue aura tout intérêt à faire intervenir son employeur dans le financement de ses études, d'autant plus que celui-ci profitera rapidement de la progression de son collègue !

Maintenant, il ne tient qu'à vous de vous y mettre !

Quel est le programme des formations de couture ?

Bien sûr, toutes les formations en couture ne se ressemblent pas. Vous ne verrez pas la même chose en mastère couture qu’en bac pro, et heureusement. Pourtant certains apprentissages reviennent fréquemment, à des niveaux différents. Vous pouvez par exemple trouver ces cours :

  • Arts visuels,
  • Logiciels informatiques de graphisme (indesign, illsutrator, photoshop, etc),
  • Technique de couture : découpage, retouche, etc,
  • Réalisation de patrons,
  • Utilisation de la machine à coudre,
  • Modélisation,
  • Commerce,
  • Management,
  • Communication visuelle,
  • Langues vivantes étrangères,
  • Marketing,
  • Etc.

Une formation de courte durée comme un stage professionnalisant ne vous apprendra cependant pas les mêmes choses qu’une formation longue, sur plusieurs années. La formation courte doit être concentrée et se dédier à la pratique alors qu’une plus longue formation prendra le temps de vous expliquer tous les aspects théoriques.

Quelle formation de couture choisir ?
Entre théorie et pratique, les formations de couture permettent de se perfectionner.

De quelle manière intégrer une école de couture ?

En fonction de votre niveau et de votre situation vous ne devrez pas effectuer les mêmes démarches pour intégrer une école de couture.

Si vous souhaitez suivre un bac pro ou bien intégrer une formation post-bac comme un BTS par exemple, il est nécessaire de passer par la plateforme Parcousup. Cette dernières traite les vœux de tous les élèves en fonction des places disponibles et de votre niveau.

Pour les écoles privées de couture, il est possible qu’un dossier présentant vos réalisations et vos dessins vous soit demandé. Un entretien est aussi parfois programmé pour évaluer votre motivation.

Si vous souhaitez intégrer une formation en mastère ou autres, les inscriptions se font directement en ligne en déposant votre dossier.

Pour chaque école il est important de lire les conditions de candidature. Chaque école est spécifique et demande des critères bien spécifiques.

Si vous êtes déjà dans la vie active, il est possible d’avoir recourt à des fonds de formation comme le CPF par exemple, ou bien via les organismes de financement pour entrepreneurs.

Quant au prix des écoles de couture, il faut s’attendre à devoir débourser plus de 5000€ par an pour les écoles privées. En revanche, si vous souhaitez suivre un BTS ou encore un bac pro, les coûts sont largement moindre.

Quels sont les débouchés des formations de couture ?

Quand on commence une formation de couture, on s’attend à devenir...couturier ! Mais dans le domaine de la couture, il existe bien d’autres métiers que vous pourriez découvrir durant votre formation.

Voici quelques idées de métiers possibles après une formation de couture :

  • Costumier,
  • Créateur concepteur artistique,
  • Designer,
  • Designer de mode,
  • Designer de produits (sac à main, etc),
  • Modéliste Styliste,
  • Designer textile (inventer des motifs sur textile),
  • Directeur artistique,
  • Styliste de mode,
  • Styliste photo,
  • Rédacteur ou journaliste mode,
  • Etc.

N'hésitez pas à prendre contact avec d'anciens étudiants en filière mode pour connaître concrètement les débouchés. Peut-être découvrirez-vous des métiers auxquels vous n'aviez pas pensé.

Quelle profession exercer en couture ?
Designer, créateur, journaliste de mode, quel métier souhaitez-vous exercer ?

Sachez que de nombreux débouchés sont possibles dans le milieu. Et pourquoi ne pas lancer sa propre entreprise ?

Les meilleures écoles de couture en France

Selon le classement réalisé par l’Etudiant en accord avec de grands professionnels de la mode, voici les plus grandes écoles de couture de l’hexagone :

  • L’institut français de la mode à Paris,
  • Esmod international à Bordeaux, Lyon, Paris, Rennes, Roubaix,
  • ENSAD, Paris,
  • ESAA Ecole Duperré à Paris,
  • Atelier Chardon-Savard à Nantes et Paris,
  • LISAA école de mode, Nantes et Paris,
  • ENSCI Les Ateliers à Paris,
  • Studio Berçot, Paris,
  • ENSAAMA Olivier de Serres, à Paris.

L’institut français de la mode à Paris

Créé en 1986, l’institut français de la mode à Paris est l’une des écoles les plus réputées de l’hexagone. Mais cette école demande d’avoir déjà un haut niveau pour pouvoir l’intégrer. En effet, seuls les étudiants ayant déjà un bac +4 ou 5 peuvent postuler dans cet établissement qui propose des formations en management et en création.

Au programme ? Image de marque, communication, journalisme, vêtement, accessoires et image, etc. En choisissant l’option management vous pourrez prétendre aux métiers de merchandiser, chef de produit, responsable de production ou de communication.

Pour postuler, vous devrez passer un entretien. Tout le long de la formation, les élèves auront l’occasion de travailler sur des cas concrets et réels en partenariat avec de grandes entreprises.

Une fois le cursus terminé, il y a de grandes chances pour que vous intégriez les grandes maison de couture comme Hermès, Louis Vuitton, ou encore Dior.

Les élèves sont également aptes à lancer leur propre entreprise.

Depuis 2019, l’IFM s’est associé à l’ECSCP (École de la chambre syndicale de la couture parisienne) afin de devenir la nouvelle « référence mondiale » dans l’enseignement des métiers de la mode et de la couture. Installé dans les locaux de la Cité de la mode et du design, cet ensemble propose des formations du CAP (certificat d’aptitude professionnelle) au bac+5 dont un Bachelor en trois ans et un master en deux ans. Ces formations peuvent être dispensées en anglais.

Quelle école de couture intégrer ?
De nombreuses écoles de couture sont réputées en France.

Esmod international

Présente dans plusieurs grandes villes de France, l’Esmod international est une école née en 1841. Cette dernière propose un enseignement de Bac jusqu’à Bac +5. Deux branches se distinguent.

La branche création :

  • Prêt-à-porter Femme,
  • Mode enfantine,
  • Mode masculine,
  • Lingerie,
  • Nouvelle couture Luxe,
  • Nouvelle couture traditionnelle,
  • Prêt-à-porter Femme Maille,
  • Costume de scène et accessoires.

La branche business :

  • Mode,
  • Joaillerie,
  • Cosmétiques,
  • Accessoires,
  • Bagagerie,
  • Linge de maison,
  • Digital.

La force de cette école ? Son réseau international étendu dans 13 pays dont récemment l’ouverture d’une école à Tokyo. Les élèves peuvent alors bénéficier d’échanges interculturels durant leur cursus.

ENSAD pour le choix des spécialités

L’Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs propose à ses élèves dix spécialités parmi lesquelles :

  • Design textile et matière,
  • Design vêtement,
  • Image imprimée,
  • Photo/Vidéo,
  • Scénographie,
  • Architecture intérieure
  • Etc.

Recrutés sur concours, les élèves bénéficient d’une année pluridisciplinaire avant de se spécialiser en deuxième année. Le cursus dure 5 ans. La dernière année, les élèves sont invités à créer leur propre collection grâce à des équipements professionnels mis à disposition des élèves dont des métiers à tisser ou encore des métiers à tricoter.

ESAA Ecole Duperré à Paris

L’École Duperré, installée à Paris, fait partie des écoles les plus appréciées et reconnues dans le monde de la mode. Cette école propose notamment une mise à niveau arts appliqués (MANAA), des formations en design d'espace, en design graphique, en céramique artisanale et une classe préparatoire aux écoles de design (CPGE).

Voici un petit aperçu des diplômes proposés :

  • Terminale STD2A Sciences et Technologies Design et Arts Appliqués,
  • Diplôme des Métiers d'Art : Textiles et céramiques: arts de la céramique artisanale, tissage-maille, broderie ou tapisserie,
  • BTS Design d'Espace,
  • BTS Design de Mode, Textile et Environnement Option A : Mode,
  • BTS Design graphique option A : communication et médias imprimés,
  • Licence Pro. Design de mode,
  • Diplôme supérieur d'Arts Appliqués, mode et environnement – DSAA.

Atelier Chardon-Savard à Nantes et Paris

L'Atelier Chardon Savard est une école de mode et de stylisme créée en 1988 par Cyrille Chardon et Dominique Savard. Installée à Paris, une antenne ouvre ses portes en 2010 à Nantes, puis en 2017 à Berlin.

Les diplômes proposés sont les suivants :

  • Designer de mode : Option Modélisme Chaîne & Trame, Option Modélisme Maille & Textile, Option Tendances, Option Accessoires,
  • Créateur de mode,
  • Responsable Communication de mode,
  • Conseiller en style et en image.

Et vous, quelle école vous intéresse le plus ?

Besoin d'un professeur de Couture ?

Vous avez aimé l'article ?

0 vote(s)
Loading...

Yann

Fondateur de SuperPROF, je suis dévoré par l'envie de découvrir et de toujours apprendre de nouvelles compétences.