Selon Confucius, "apprendre sans réfléchir est vain, réfléchir sans apprendre est dangereux".

Ce proverbe illustre bien le sens que devrait avoir un processus d'apprentissage des langues : il ne suffit pas d'apprendre par cœur, il faut aussi réfléchir aux choses que l'on a sous les yeux, afin d'être en mesure de les comprendre.

Que l'on soit étudiant, en activité professionnelle ou à la retraite, apprendre à parler anglais permet de rajouter, comme on dit, une corde à son arc.

Et pour les langues étrangères, il n'y a pas d'âge pour se former tout au long de la vie.

 Comment apprendre l'anglais ?

Par le truchement de quelques astuces simples, Superprof guide lectrices et lecteurs pour les aider à apprendre l'anglais seul, la langue la plus parlée dans le monde.

Apprendre l'anglais seul : travailler un peu chaque jour

Peu importe l'âge ou le statut, pour la plupart d’entre nous, apprendre une langue en solo est souvent perçu comme un mur infranchissable.

Évidemment, la langue de Shakespeare ne fait absolument pas exception à la règle !

L'anglais est d'ailleurs souvent la bête noire de bien des élèves.

Mais que l'on se rassure !

A chaque profil correspond de nombreuses techniques pour aider à apprendre anglais tout seul, by himself diraient les anglophones.

Pour commencer l'apprentissage de l'anglais en autodidacte, voici trois premières astuces : apprendre dix mots par jour, faire des flashcards et traduire les paroles de ses chansons préférées.

Apprendre dix mots d’anglais par jour

Lorsque l'on a un niveau anglais debutant à intermédiaire, on commence à tourner en rond assez rapidement dans nos conversations en anglais, comme si l'on butait sur un plafond de verre.

Comment devenir bilingue en langue anglaise ?
Créer-vous un corpus de vocabulaire en anglais !

On utilise toujours les mêmes mots d’anglais et même parfois, on manque de précision et de concision, même dans des phrases simples.

Cela a longtemps été mon cas lorsque je voyageais : pour exprimer une idée, j'usais de circonvolutions cérébrales par manque de vocabulaire anglais pour me faire comprendre. Le résultat n'est par conséquent pas très heureux !"

Pour apprendre un mot d'anglais par jour, pas de panique !

Un exercice simple et efficace peut aider à progresser et enrichir son vocabulaire : la fiche de mots à apprendre quotidiennement (comme en cours d'anglais) !

Nul besoin de gros matériel, un crayon et une feuille de papier suffisent… Et bien évidemment, les anglophones apprentis les plus connectés pourront aussi utiliser le bloc-note de leur smartphone.

Cet exercice consiste à noter chaque jour une dizaine de mots sur une fiche, pour les apprendre et les mémoriser.

Dix nouveaux mots d’anglais chaque jour, ce n’est pas le bout du monde et cela permettra d'acquérir davantage d'aisance dans son expression écrite, d'enrichir son vocabulaire et d'étendre significativement son niveau de pratique.

Faire des flashcards de mots anglais

Une excellente méthode pour mémoriser les mots que l'on a lu ou entendu, est évidemment de les noter.

Améliorer son champ lexical en apprenant de nouveaux mots !
Remplir son mur de flashcards bilangues, la solution pour apprendre rapidement avec plus de vocabulaire anglais !

Cela pourrait passer pour une lapalissade, mais il n'est pas rare que l'on rencontre un mot inconnu dans la vie de tous les jours, et d'oublier de le noter.

Résultat, il passe à la trappe !

Se constituer son propre lexique est d'autant plus efficient que ce sont des mots choisis, aussi leur mémorisation sera-t-elle plus aisée.

Ainsi, l'apprenti anglophone pourra lister des mots français associés à leur traduction anglaise, regroupés par thème de la vie courante.

Par exemple, le champ lexical de la cuisine, les objets du salon, les plantes du jardin, les matériaux de la maison, les gestes de la vie quotidienne, etc.

Enfin, il peut être bon d'accrocher les fiches de vocabulaire aux murs, de manière à s'en souvenir dès lors qu'un manquement est détecté dans ses révisions.

Traduire les paroles de ses chansons préférées

Dans la famille «j’apprends l’anglais de façon ludique», je demande les paroles de chansons !

Et oui, traduire les chansons que que l'on aime tout particulièrement regroupe plusieurs intérêts :

  • Découvrir (enfin) le sens des chansons fredonnées à longueur de journée,
  • Connaître mieux l’artiste que l'on suit,
  • Apprendre de nombreuses expressions anglophones.
Comment apprendre l'anglais en chantant ?
Chantez sous la douche !

Il existe plusieurs sites de traduction et de transcription de paroles qui seront d'une aide féconde pour comprendre les textes que l'on préfère, et les assimiler au fil du temps :

  • Parole-musique,
  • Paroles.net,
  • Greatsong.net,
  • Paroles.fr,
  • La coccinelle,
  • AZ Lyrics.

Après les avoir lus et écoutés plusieurs fois, il ne reste plus qu’à vous exercer dans votre voiture, sous la douche, dans l'ascenseur, en faisant le ménage, votre jogging, en allant au supermarché, etc.

Apprendre l'anglais par le chant est donc une méthode ludique que l'on pratique souvent seul, et dont la mémorisation fonctionne bien !

Cela ne va pas assez vite ?

D'aucuns souhaiteraient apprendre l'anglais rapidement, et l'on voit pulluler de nombreux sites allant dans ce sens, vantant les mille et unes recettes pour apprendre l'anglais en trois mois, un mois, trente minutes par jour ou vingt minutes quotidiennes.

Apprendre l’anglais en 20 minutes par jour, est-ce bien possible ?

Et pourquoi pas ! On fait bien des répétitions de musique - guitare, piano, violon, etc. - quinze à vingt minutes par jour !

Apprendre l'anglais seul : regarder des séries et films en VOSTFR 

Les cinéphiles le savent bien : regarder séries et films en version originale est beaucoup plus formateur que de se laisser aller dans sa zone de confort en visionnant en langue française.

Comment apprendre l'anglais grâces aux films et séries anglophones ?
Et si vous appreniez la langue de Shakespeare grâce à une série ?

L'offre de séries disponibles (notamment sur Netflix) est tout simplement abyssale :

  • Breaking Bad,
  • Vikings,
  • House of Cards,
  • Homeland,
  • Game of Thrones,
  • The Walking Dead,
  • Messiah,
  • The Witcher,
  • The Crown,
  • Black Mirror,
  • Orange is the New Black,
  • Narcos (anglais et espagnol),
  • Sense8,
  • Peaky Blinders

Cette liste n'est qu'un inventaire maigre et non-exhaustif des meilleures séries (selon nous) à voir pour progresser en anglais.

Voici une méthode efficace pour lier l’utile à l’agréable depuis son canapé !

S'installer devant des films en anglais ou suivre les meilleures séries en langue anglaise n'a l’air de rien, mais c’est un exercice cognitif très formateur pour débuter en anglais sans avoir l'impression de travailler !

Cet entraînement est une méthode efficace qui permet d’habituer petit à petit l'oreille aux sonorités de la langue, aux mots anglais et aux expressions idiomatiques du pays d'outre-Manche.

De plus, le jeu expressif et les gestes des acteurs aideront aussi à comprendre le contenu des conversations.

Enfin, votre oreille va de plus en plus se familiariser avec les intonations et les accents des acteurs : cela vous fera faire de moins en moins d'erreurs de prononciation.

Dans un premier temps, choisir les films et les séries en version originale anglaise, sous-titrée en français.

Cette étape dure deux à trois semaines. Ensuite, pendant un mois, regardez les épisodes avec les sous-titres en anglais.

Dès lors, le film vous plonge dans une immersion linguistique anglaise quasiment complète. 

Au début, on a les yeux rivés sur le sous-titre et on a le sentiment de moins regarder le film que de passer son temps à lire.

Mais ce handicap s'estompe au fur et à mesure que l'on s'entraîne.

L'exercice paraîtra perturbant et vous manquerez des clés de compréhension : vous ne pouvez dompter tout le vocabulaire anglais courant d'un seul coup !

Au bout de quelques mois, supprimez tous les sous-titres des productions anglophones : et là, surprise !

Vous pourrez enfin regarder les jeux d'acteurs sans vous focaliser sur les sous-titres en bas de l'écran.

Avec le temps et selon le niveau de l'apprenant, on pourra progressivement substituer les sous-titres en français à la version originale.

Ce pallier franchi, ce sera le véritable signe que les efforts fournis auront porté leurs fruits pour progresser dans cette langue qui paraissait bien obscure auparavant.

Lorsque j'étais en Australie, je ne comprenais pas les dialogues et les conversations anglaises dans les films. Nous n'avons pas beaucoup ce réflexe de regarder les films en version originale en France.

Nombre de voyageurs - Allemands, Suèdois, Taïwanais, Néerlandais - que j'ai rencontré m'ont expliqué qu'ils regardent les films en version originale depuis l'enfance, et c'est d'ailleurs en partie pour cela qu'ils sont nombreux à être bilingues, à avoir l'anglais comme langue seconde.

Après quelques mois, j'étais capable de tout comprendre sans recourir au sous-titre en français. C'est donc un entraînement à la portée de toutes et tous !

Autre avantage non négligeable de la lecture de livres en anglais : ils aident énormément à penser en anglais. La logique est différente d'une langue à l'autre, et l'on ne peut passer du français à l'anglais par une traduction littérale.

La lecture en anglais est une des clés de voûte du processus d'apprentissage en autodidacte

Apprendre l'anglais seul : lire des livres en anglais

Comme pour n’importe quelle langue, l’amélioration du vocabulaire et de l’orthographe passe par la lecture.

A-t-on déjà vu un écrivain détester la lecture ? Un mathématicien avoir horreur des chiffres ?

C'est logique, plus une personne lira de livres, plus elle enrichira son vocabulaire.

En anglais, c'est la même chose.

Contrairement à ce que la plupart des gens pensent, il n'y a pas besoin d’acquérir un niveau très élevé pour commencer un roman anglophone.

De surcroît, pour chaque ouvrage, il existe des niveaux de lecture différents pour définir quel livre convient le mieux.

Comment lire un livre en anglais sans traduction ?
Prenez le temps de redécouvrir vos classiques préférés dans la langue anglaise pour apprendre tout en vous divertissant !

Afin de bien choisir son livre selon son niveau de connaissances, il existe ce que l’on appelle les «lectures graduées».

Celles-ci permettent de sélectionner un livre selon le nombre moyen de mots que l'on maîtrise. Les lectures graduées se classent de cette manière :

  • Démarrage facile : ce niveau correspond aux premiers balbutiements en anglais, et vise un public disposant d'une connaissance de 200 mots environ,
  • Niveau 1 : pour les débutants en anglais, qui utilisent au moins 300 mots d’anglais,
  • Niveau 2 : ce pallier s'adresse à un public avec une connaissance d’environ 600 mots d’anglais, un niveau élémentaire,
  • Niveau 3 : un niveau pour lecteur avec une connaissance d’environ 1200 mots d’anglais : niveau pré-intermédiaire,
  • Niveau 4 : pour ce niveau, 1 700 mots d’anglais connus en moyenne suffiront : niveau intermédiaire,
  • Niveau 5 : connaissance d’au moins 2 300 mots d’anglais : intermédiaire ++,
  • Niveau 6 : dernier niveau de lecture. C'est un niveau avancé, qui requiert une connaissance d’au moins 3 000 mots d’anglais.

Lire des livres en langue anglaise, même par la lecture graduée, c'est se former aux niveaux du cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) sans passer par les cours anglais 6ème à domicile ou les études à l'université.

Ces niveaux ont été établis par l'université de Cambridge, et mesurent la capacité de l'apprenant à comprendre, lire, écrire et parler anglais.

Il est par ailleurs possible d'effectuer un test de niveau d'anglais, pour savoir où se situer sur l'échelle des niveaux A1 (élémentaire) à C2 (très avancé, bilingue).

Apprendre l'anglais seul : utiliser les ressources numériques 

Ecouter des podcasts

Dans les transports en commun, sous la couette ou pendant sa séance de sport, les formats audio tels que les podcasts, ont l’avantage d'accompagner l'apprenant partout et tout le temps.

Simples d’utilisation, ces enregistrements audio ou vidéo sont des émissions que l'on écoute en rediffusion, ils sont gratuits et téléchargeables en un clic.

Cette méthode est idéale pour aider à améliorer sa compréhension orale de l’anglais.

Éducatifs, pédagogiques ou à thèmes, de nombreux podcasts existent, à l'instar de :

  • Learn English,
  • 6 Minute English,
  • The English We Speak,
  • English Listening,
  • Voice of America,
  • France 24 English,
  • TeaTime Mag,
  • English class 101,
  • Better at english.

Et tant d'autres !

Comment trouver des podasts gratuits en anglais ?
Familiarisez-vous avec la langue de Shakespeare grâce à des podcasts accessibles à tous !

Il y en a pour tous les goûts évidemment.

Pour trouver vos podcasts en anglais, rendez-vous sur ces quelques sites :

  • Audio-Lingua,
  • L'académie de Rouen,
  • Breaking News English,
  • Scientific American,
  • Podcaz Primaire,
  • La BBC.

Le podcast en anglais est l'idéal si l'on souhaite devenir bilingue et apprendre à parler anglais comme à Londres, New-York ou Sydney.

C'est en même temps que de faire des exercices d'expression orale, un excellent support pour enrichir sa culture générale - apprendre la culture des pays anglophones du Commonwealth, l'histoire, l'économie ou le système politique du pays dans lequel on va voyager - et apprendre à mieux se débrouiller.

Si vous prenez le temps de consulter les notes applications d'anglais, vous dénicherez facilement un logiciel spécialement adapté à votre objectif d'apprenant.

Enfin, on dira que télécharger des podcasts anglais aide à se familiariser avec les accents et les us et coutumes du pays concerné.

Cela aidera grandement pour préparer un voyage en Australie, au Royaume-Uni ou en Nouvelle-Zélande, faire un séjour linguistique au Canada ou aux États-Unis.

Et cela donne de quoi progresser sans véritablement s'en rendre compte et améliorer son accent anglais rapidement !

Utiliser des outils de correction

Muni d'un correcteur, on pourra dire au-revoir aux fautes d'orthographe et aux erreurs de grammaire !

Grâce au numérique, l'apprentissage de l'écriture anglaise se fait simultanément à l'oral.
Avec un correcteur en ligne, la gomme apparaît comme le Moyen-Âge des cours d'anglais en autodidacte !

Aujourd’hui, grâce aux outils de correction disponibles en ligne, tout utilisateur apprenant a la possibilité de vérifier ses fautes instantanément.

Il paraît qu'internet et le langage SMS font décliner le niveau d'écriture ? Il y a tout pour se corriger, cela devrait être l'inverse !

Le but de ces correcteurs ?

Éradiquer de nombreuses erreurs grammaticales - celles qui choquent un jury ou un anglophone bilingue - et reformuler ses phrases du mieux possible vers un anglais correct.

Pour n'en citer que deux, Ginger et Grammary - un correcteur intégré au navigateur internet - aident à corriger les fautes pour améliorer le niveau d'anglais écrit des apprenants anglophones.

Traducteur, reformulateur de phrases, correcteur grammatical, dictionnaire. Très complet, ce type d’outil de correction se révèle très utile au quotidien.

Vous pouvez bien-sûr également utiliser le service de traduction de Google Translate.

Les algorithmes de ce géant du web sont de plus en plus précis au fil des années.

Participer à des événements linguistiques

De nombreux événements linguistiques tels que les soirées d’échange, les salons ou ateliers, sont organisés chaque année en France pour aider ceux qui veulent à apprendre l’anglais.

Ces occasions de papoter autour d’un intérêt commun ont plusieurs avantages :

  • Faire évoluer votre niveau d’anglais rapidement,
  • Être plus à l’aise à l’oral,
  • Faire des rencontres enrichissantes et intéressantes !

Sur le site polygotclub par exemple, chaque anglophone apprenti trouvera une liste d’événements linguistiques en France et à l’international à sa disposition.

Pratiquer l’anglais grâce au tchat multilingue

Pour réussir à maîtriser l’anglais, il faut le pratiquer !

Pour vous aider, il existe sur le web des salons de discussion en langue étrangère comme mylanguageexchange.

L’échange linguistique par le biais des tchats multilingues permet de discuter, à votre rythme, avec des personnes dont l’anglais est la langue maternelle.

L’idée est simple, vous choisissez avec qui vous voulez dialoguer et par quel biais : mail, tchat, rencontre physique, etc...

Il y a fort à parier que l'apprenant aura accès à de nouvelles expressions populaires, absentes des livres scolaires.

Écouter les actualités en anglais

Nous l’avons vu plus haut, il existe de nombreuses ressources pour apprendre l’anglais sur le web.

Alors pourquoi ne pas apprendre l’anglais tout en étoffant sa culture générale ?

De nombreuses chaînes d’actualité comme BBC, CNN, SKYNEWS, Al-Jazeera, Russia Today, etc., sont disponibles dans la plupart des packs de chaînes télé et sur le web.

Quant aux actualités de France, une radio française 100 % en anglais a récemment vu le jour : EnglishWaves.

C'est une première dans l’Hexagone !

Tous les matins, plutôt que de consulter la presse française, passer à l'anglais pour lire les informations du jour permet aussi de maintenir un stock de compétences linguistiques à jour.

Lire un article ou deux des journaux que l'on aime bien, même sur les actualités françaises, aidera à la progression constante.

Apprendre l'anglais seul sur YouTube

Depuis l'explosion du web 2.0 et le rachat en 2006 de YouTube par Google, des centaines de millions d'internautes publient ou consultent des vidéos chaque jour.

Le phénomène est tel que l'activité de "youtubeur" est même devenue une source de revenus pour les auteurs qui se filment devant leur caméra pour transmettre leur passion.

De nombreux professeurs d'anglais se proposent ainsi de créer des tutoriels didactiques de conversation anglaise, d'initiation au cours d'anglais pour niveau avancé.

Parfois, les vidéos obtiennent tellement de vues que leurs auteurs en tirent d'énormes revenus.

Il suffit de taper "apprendre l'anglais" dans la barre de requêtes de YouTube pour avoir accès à des dizaines de chaînes, et l'ordinateur se substitue au professeur d'anglais à domicile.

Dans le vivier de ces cours d'anglais en ligne, il faudra choisir le bon tutoriel.

Pour cela, aucune recette miracle si ce n'est celle d'essayer, tout simplement, et de s'abonner à celle qui sied le mieux à l'auditeur.

Apprendre l'anglais seul : sortir dans un pub anglais 

Envie de combiner virtuel et réalité pour l'apprentissage de la langue anglaise ?

Une préférence pour échanger tranquillement autour d’une bière ou d’une tasse de thé ? Excellente idée !

S'immerger dans un environnement anglophone, c'est aussi aller au bar pour communiquer avec les locaux ou expatriés !
On dit souvent que l'alcool délie les langues... Pourquoi ne pas échanger dans un pub, et y apprendre les meilleures grivoiseries anglaises !

Il suffit de rechercher sur internet comment et où parler anglais dans un bar de votre ville.

Les cours d'anglais rennes dans les cafés est une solution très répandue.

Voici quelques bars anglais où être quasiment plongé en immersion totale.

The Red House

Situé au 1bis, rue de la Forge Royale, dans le 11ème arrondissement de Paris, The Red House est un écrin de Texas aux accents d'Arkansas en plein Paris.

Accès : Ledru-Rollin ou Faidherbe/Chaligny (ligne 8).

Joe, le propriétaire Texan est arrivé dans la capitale française dans les années 2000. Son bar signe une déco typiquement américaine où l'on vient engloutir des pintes en écoutant des symboles du rock des années 1960.

Les serveurs sont tous anglophones et le bar réunit une clientèle d'anglophones, expatriés ou touristes à Paris.

Quant à la carte, elle propose des bières brewed in USA, des cocktails maison, des burgers, des hot-dogs et du chili.

The W.O.S Bar

Le W.O.S. Bar (Wide Open Spaces) est un sport bar anglophone tenu par des Néo-Zélandais ou Britanniques.

Il se trouve au 184, rue Saint-Jacques, dans le 5ème arrondissement de Paris.

Accès : Luxembourg (RER B), Cluny La-Sorbonne (ligne 10).

Il sert des cocktails du monde entier à une clientèle qui réunit plusieurs nationalités, notamment du monde anglo-saxon.

C'est une adresse référencée comme idéale pour se sentir en voyage, découvrir d'autres cultures et cela, sans quitter Paris.

Partout ailleurs, les pubs irlandais regorgent de personnes à qui parler pour avoir des conversations anglophones et qui aideront forcément à faire progresser vers un niveau de langage courant, dans une ambiance légère et festive.

The Brooklyn

Situé au 58 rue Quincampoix, dans le 4ème arrondissement de Paris, The Brooklyn est accessible au métro Rambuteau (ligne 11), et Châtelet-Les Halles (RER).

The Brklyn fait couler des bières artisanales américaines et européennes, des whisky américains et du vin bio à ses afficionados.

Vous y croiserez sans doute des clients parlant anglais couramment !

Le KoToPo

Situé à Lyon au 14, rue Leynaud dans le 1er arrondissement, le KoToPo est un bar international et interculturel où prendre des cours de langues vivantes.

Il dispose d'une salle de rencontre, d'une bibliothèque multilingue, d'un espace de documentation et de jeux à partager.

Des rencontres linguistiques sont organisées en semaine, avec entre autres, des concerts, des expositions, des conférence-débats.

Le Cause Toujours

Ce café associatif valentinois se trouve au 8, rue Gaston Rey à Valence (26000).

Pour ceux qui habitent en Drôme ou en Ardèche, ce bar tenu par l'association le Bal des Utopies permet de parler anglais dans une ambiance conviviale.

Des conversations en anglais sont proposées régulièrement au programme (cf. le site web du bar) et les thèmes sont très variés.

The Bookshop

Parler anglais en plein milieu du centre historique de Montpellier, ça vous dit ?

Où apprendre l'anglais dans le sud ?
Montpellier, une ville idéale où se mettre à la langue anglaise !

Situé 8, rue du bras de fer à Montpellier (34000), The Bookshop est une librairie et café anglophone.

L'équipe organise des cours de conversation anglais et français les lundis et vendredis soirs, de 17h à 19h.

L'entrée est gratuite, sous réserve de prendre un verre, une ou plusieurs pâtisseries.

Le Cactus

Vous habitez Toulouse et vous souhaitez étudier l'anglais en buvant des coups ?

Le Cactus est un bar-brasserie situé au 13, boulevard Lascrosses à Toulouse (31000), qui héberge l'association Bilingue.

Dans ce cadre, des échanges linguistiques et des conversations entre Français et étrangers se tiennent tous les mardis, à partir de 19h30.

Le Gigg's Irish Pub

Pour les résidents de la ville de Nantes au 4, Place Saint-Pierre, le Gigg's Irish Pub est un endroit où rencontrer des locuteurs anglophones.

Comme souvent, les pubs sont un repaire où boire de la bonne bière tout en ayant la possibilité d'améliorer son anglais.

Tous les lundis soirs à partir de 20h30, des rencontres linguistiques sont organisées dans une ambiance conviviale et festive.

Le O'Connells

Ce pub situé 7, Place du Parlement de Bretagne est un écrin d'Irlande en plein centre-ville historique de Rennes.

C'est une invitation au voyage qui vous emmène à Dublin.

Le pub a mis en place un échange linguistique tous les lundis dans plusieurs langues. Et en plus, cela se fait à l'heure de l'apéro.

Le concept se nomme "Chat'n'beer", pour parler anglais autour d'une bière.

It's Five O'Clock Somewhere

Ce salon de thé installé au 12, rue Saint-Melaine à Rennes organise des cours de conversation en anglais tous les samedis à 17 heures.

L'heure du thé venue, vous plongez dans une atmosphère britannique.

L'idéal pour progresser rapidement pour peu que l'on s'y rende avec régularité.

The Queen's Head

Pour les lillois, ce pub anglais situé au 2, avenue du Peuple Belge à Lille (59000) propose des rencontres en duo de 15 minutes entre anglophones et francophones.

Le but est d'échanger durant 7 minutes en français et 7 minutes en anglais.

Ces conversation en tête-à-tête ont vocation à faire progresser les apprenants et à se rencontrer alors qu'ils ne se seraient même pas regardés en temps normal.

Le Café de Paris

Ce café situé au 34, rue de Paris à Lille (59000) propose, le mercredi de 19h30 à 23h30, le principe du Café polyglotte.

Il s'agit de s'asseoir à une table selon la langue que l'on souhaite pratiquer.

L'entrée est gratuite, mais une consommation est demandée (logique !). Du coup, vous vous installez à une table dédiée à la pratique de l'anglais et vous conversez pour apprendre le vocabulaire ou prononcer l'anglais.

Tous les niveaux sont acceptés, du débutant aux locuteurs sachant parler couramment.

Ecrire à un correspondant anglophone

Pour progresser en anglais, on peut communiquer avec un ou une correspondant(e) anglais(e) par mail, par courrier (moins fréquemment de nos jours) et par visioconférence.

Comment trouver un prof de langue anglaise ?
Grâce à Skype, on peut échanger de l'autre côté de la Terre en un clic !

Choisir un(e) correspondant(e) avec qui dialoguer permet d’apprendre de manière ludique et d’enrichir votre cercle de connaissances au passage.

Cerise sur le gâteau, les bénéfices tirés du partage de connaissances peuvent être multiples : on apprend l’anglais tandis que son correspondant apprend le français et en plus, on tisse du lien social !

Et si vous rencontriez votre futur copain ou votre future copine via un service d'échange linguistique ?

Envie de tenter l’expérience ? Il n'y a plus qu'à foncer !

Pour choisir un(e) futur(e) correspondant(e) anglophone, des sites web tels que Swapasap ou LiveMocha mettent en relation avec des personnes du monde entier.

Vous pouvez également fréquenter un Café Polyglotte dans votre ville.

Sur internet, plusieurs sites d'échanges linguistiques permettent de pratiquer l'anglais.

Rendez-vous sur italki, SpeakShake, My Language Exchange ou Tandem Linguistique.

Sur téléphone, on peut télécharger des applications pour échanger avec un(e) correspondant(e) anglophone : Tandem, Hello Talk, Speaky, ou encore Amikumu.

Commencez par faire des recherches sur les sujets qui vous intéressent (l'actualité politique et/ou économique, les traditions culinaires, l'art et les pratiques culturelles d'un pays donné, la géographie, etc.) pour ne pas manquer de choses à dire.

Ensuite, connectez-vous à l'avance et pensez aux décalages horaires : il y a jusqu'à 12 heures de plus que la France en Nouvelle-Zélande en hiver, 10 heures de plus à Sydney, 6 heures de moins que Paris à New-York et 9 heures de moins qu'en France à Vancouver.

Si vous souhaitez parler à un(e) Australien(ne), sachez que s'il est midi en France, il sera 19h à Perth (Australie-Occidentale), 20h30 à Darwin (Territoire du Nord), 21h à Brisbane, 21h30 à Adelaïde, et 22h à Melboune (Victoria) et à Sydney (Nouvelles Galles du Sud).

Voyager seul  à l’étranger

Au risque de se répéter, pratiquer l’anglais dans un pays anglophone - en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Canada, au Royaume Uni ou aux États-Unis - est la meilleure méthode qu’il soit pour devenir bilingue.

Comment apprendre l'anglais seul à l'étranger ?
Voyage, Voyage !

Pour préparer un voyage dans un pays anglophone, il sera possible de partir quelques mois avec un sac à dos, d'intégrer un dispositif scolaire type Erasmus, de partir pour un séjour linguistique avec EF, choisir le Working Holiday Visa ou encore effectuer un stage professionnel.

Quelque soit l'objectif et l'environnement de travail, des liens avec votre entourage sur place seront forcément tissés.

Et bonne nouvelle, voyager permet d’évoluer plus rapidement car l’immersion dans le pays est totale.

L’avantage majeur à partir seul est que l'on n'a d’autre choix que de se mélanger aux autres et s'adapter aux coutumes du pays.

On se retrouve tout seul dans un univers étranger et pourtant, il faut bien pouvoir se débrouiller.

On pense à obtenir une direction, savoir où sortir (pour manger et boire), demander à charger son téléphone, demander des codes de connexion Wi-Fi, réserver une chambre, postuler à une offre d'emploi, etc.

Attention cependant : sur place, évitez de trop côtoyer les francophones. 

Toujours parler en français dans un pays étranger sera contre-productif, d'un point de vue de l'apprentissage de l'anglais.

Progression garantie en fréquentant des anglophones !

Lorsque je suis parti pour l'Australie avec un visa vacances-travail, je ne parvenais presque pas à proférer une phrase correcte sans m'arrêter par oubli du vocabulaire et de mes connaissances sur la grammaire anglaise.

Comprendre l'accent australien était encore une aptitude inatteignable. 

Au bout de quelques semaines, j'arrivais à échanger avec les voyageurs - les connaissances de l'université reviennent vite - et grâce à l'emploi que j'avais trouvé, ma progression a été bien plus rapide.

Au bout de quelques mois, je parvenais à discerner et comprendre les différents accents - australien, américain, néo-zélandais, écossais, irlandais, londonien - et mon anglais devenait de plus en plus courant.

Apprendre à parler anglais est, ce faisant, à la portée de toutes et tous !

Prendre des cours particuliers d’anglais 

Pour apprendre les bases comme l’orthographe et la grammaire anglaise, la conjugaison, la prononciation anglaise et le vocabulaire, prendre des cours d'anglais est évidemment nécessaire voire obligatoire.

Comment trouver un prof à domicile ?
La solution autodidacte n'a pas marché ? Prenez des leçons avec un professeur particulier !

Payants ou gratuits, sur le web ou suivis auprès d’un professeur d’anglais à domicile de votre choix, nul ne pourra échapper bien longtemps à ces cours d'anglais !

Pour améliorer votre anglais au quotidien, il existe des organismes de formations dédiés, plusieurs instituts anglophones, de nombreux sites web ou encore des cours d'anglais du soir prévus par les associations et les municipalités.

Qu’elles soient visuelles, écrites ou auditives, il existe finalement toute une kyrielle de façons d’apprendre l’anglais tout seul.

Il n’y a pas de recette miracle, c’est en testant différentes méthodes que la progression sera constatée !

Un conseil : prenez le temps de toutes les essayer et choisir celle qui convient le mieux, avec laquelle vous vous sentez le plus à l’aise.

Alors, décidé à apprendre à parler anglais  ?

Comparez les annonces de cours particuliers avec nos professeurs sur Superprof dans votre ville.

C'est l'une des solutions de formation linguistique les plus chères, mais les cours individuels demeurent la meilleure méthode pour apprendre à parler une langue.

Besoin d'un professeur d'Anglais ?

Vous avez aimé l'article ?

0,00/5, 0 votes
Loading...

Yann

Fondateur de SuperPROF, je suis dévoré par l'envie de découvrir et de toujours apprendre de nouvelles compétences.